L'Empire Plantagenêt

De la province d'Anjou au département de Maine-et-Loire...une indéniable continuité, une riche histoire à découvrir.

Première étape: Foulque V, comte d'Anjou et roi de Jérusalem

Avec Foulques V, fils du Réchin, l'Anjou renoue avec l'esprit conquérant de la dynastie. Après avoir rétabli l'ordre parmi ses vassaux, ajouté à ses titres celui de comte du Maine en succédant en 1110 à son beau-père le comte Hélie, il négocie, avec l'appui du roi de France Louis VI, le mariage de son fils Geoffoy le Bel et de Mathilde, fille et héritière d'Henri Ier Beauclerc, duc de Normandie et roi d'Angleterre: une alliance décisive qui allait permettre aux angevins de prétendre, quelques décennies plus tard, à l'héritage des deux couronnes.
Mais ces réussites ne suffisent pas à épuiser l'énergie de ce prince aventureux. Il avait fait en 1120 le voyage d'Orient. Devenu veuf, il répond à l'appel de Baudouin II, roi de Jérusalem, qui lui offre sa fille Mélisende et son royaume en héritage; Pendant un demi-siècle (1131-1186), les angevins régneront effectivement sur le trône de Jérusalem, et leurs prétentions sur le royaume et son titre prestigieux se perpétueront, en une trace idéalisée,  bien après qu'ait disparu à tout jamais le royaume chrétien.

Deuxième étape : Geoffroy le Bel, comte d'Anjou et duc de Normandie 

C'est Geoffroy le Bel, fils de Foulque V, qui donne à la dynastie angevine le surnom avec lequel elle entre dans l'Histoire : Plantagenêt, par allusion, dit-on, aux longues chevauchées que le comte avait coutume de faire pour chasser dans les landes du Maine, le couvre-chef orné d'une branche de genêt. Assumant la charge effective du comté après le départ de son père pour l'Orient, il poursuit l'éternel combat pour asseoir l'autorité comtale sur les vassaux détenteurs des plus puissantes seigneuries. Il s'appuie pour ce faire particulièrement sur le Maine, et sera d'ailleurs après sa mort enterré dans la cathédrale du Mans, tandis que le musée de cette ville conserve, encore aujourd'hui, la célèbre plaque émaillée réalisée pour son décor funéraire. Mais il ne néglige pas Angers, et reconstruit en 1132 le palais comtal dans l'ancienne forteresse des comtes d'Anjou, dont la grande salle est encore en partie visible. Surtout, il œuvre pour soutenir les droits de sa femme Mathilde, fille du roi d'Angleterre, dans la rivalité dynastique qui l'oppose à Etienne de Boulogne, son neveu, après la mort du roi Henri Ier en 1135. Alors que Mathilde guerroie sans succès en Angleterre, Geoffroy fait campagne en Normandie, s'empare du duché et s'en proclame duc en 1144. A sa mort en 1151, la Normandie est bel et bien arrimée au "grand Anjou", qui réunit déjà Anjou et Maine, ainsi qu'une grande partie de la Touraine.

Troisième étape : Henri II, comte d'Anjou et roi d'Angleterre

Il appartient à leur fils et successeur Henri, né au Mans en 1130, de recueillir les fruits de l'héritage et de les transformer de manière exceptionnelle. Le parcours est rapide: duc d'Anjou et de Normandie à la mort de son père, il passe l'année suivante au premier plan de l'Histoire par son mariage avec Aliénor, épouse très fraîchement divorcée du roi de France Louis VII. Il  s'assure ainsi les droits sur le duché d'Aquitaine, dont Aliénor, fille unique du duc Guillaume IX est devenue la duchesse. Deux ans plus tard, lorsqu' Etienne de Blois disparaît sans descendance directe, il est, en vertu de son ascendance maternelle,  l'héritier reconnu du royaume d'Angleterre et les deux époux sont sacrés à Londres en 1154. Plus tard, il consolide encore son influence en s'assurant l'Ecosse, le Pays de Galles, l'Irlande, et sur le continent la Bretagne et le pays Nantais, ainsi que le comté de Toulouse. L'"Empire Plantagenêt" est pour un demi-siècle le plus puissant ensemble européen, s'étendant sans discontinuer de l'Ecosse aux Pyrénées. Le long règne d'Henri II (1154-1189) n'appartient donc pas seulement à l'histoire angevine. Mais le roi d'Angleterre n'oublia jamais qu'il était, au premier chef, comte d'Anjou et conserva toujours, parmi ses territoires continentaux, une primauté à la province qui vit naître et grandir la fortune de sa dynastie.

Actualités

Journées du patrimoine : Le Département ouvre sept propriétés !

Samedi 19 et dimanche 20 septembre, les angevins pourront profiter des Journées européennes du...


20.04.2011

Le millénaire de Baugé

En 2011, Baugé commémore ses 1000 ans d’existence. Un événement que la ville entend fêter de bien...


19.09.2012

Par ici la sortie

Cinéma, musique, théâtre, patrimoine… le Département de Maine-et-Loire et ses partenaires offrent...


© Département de Maine-et-Loire - Tous droits réservés