L'envers du décor: épidémies, famines, guerres

De la province d'Anjou au département de Maine-et-Loire...une indéniable continuité, une riche histoire à découvrir.

Les misères du XIVe siècle

Malgré la gloire de ses princes, l'Anjou n'est pas épargné par les trois fléaux de famine, peste et guerre, qui se conjuguent pour faire de cette période l'une des plus sombres de son histoire. Les conditions climatiques dégradées créent une faim endémique qui entraîne une dépression démographique sensible dès le début du XIVe siècle. La crise agricole se double d'une crise économique et monétaire consécutive aux dévaluations du règne de Philippe le Bel et à l'excessive pression fiscale, entretenue tant par les agents du duc que par les agents du roi, et même par le pape, comme le dénonce dès 1311 l'évêque d'Angers Guillaume Le Maire dans son Journal.
Des épidémies d'ampleur sans précédent frappent également le pays. La plus grave d'entre elles, la peste noire,  touche l'Anjou à la fin de l'année 1348. Même si ses conséquences ne furent pas comparables à celles que connurent alors certaines régions entièrement désertées, on estime qu'un tiers environ de la population fut touchée par la mort ou par la maladie. Surtout, les récurrences de l'épidémie, au long du siècle, compromettent toute tentative de reprise. La désorganisation des échanges, la fermeture quasi-totale des marchés extérieurs dans les phases les plus critiques de la guerre de Cent ans, achèvent d'appauvrir une province mise en coupe réglée par les puissants comme par les occupants.

Un grand fléau : la guerre de Cent Ans

Car le plus grand des fléaux est sans conteste la guerre, qui sous diverses formes, est la cause d'incessants ravages durant près d'un siècle et demi. L'Anjou est impliqué dès1340, lorsque la Bretagne s'invite dans le conflit renaissant entre France et Angleterre. A la fin du règne de Jean le Bon, entre 1356 et 1364, la province est la proie des routiers, ces mercenaires recrutés par les deux camps et qui ont toute licence pour vivre sur l'habitant. Les armées s'affrontent entre 1368 et 1372, tandis que Saumur est directement assiégée en 1369. Du Guesclin parvient à refouler l'ennemi au sud de la Loire, et une certaine accalmie marque la fin du XIVè siècle. Mais la menace d'invasion est permanente. Au lendemain d'Azincourt, alors que le conflit devient guerre civile avec la lutte des Armagnacs (parti du dauphin Charles) et des Bourguignons (alliés aux Anglais), les troubles sont au plus fort. Au Vieil-Baugé, le 22 mars 1421,  1500 chevaliers angevins, sous la conduite du sieur de Fontaine-Guérin, remportent avec les troupes françaises et leurs alliés écossais une victoire éclatante contre les Anglais, dans laquelle meurt le duc de Clarence, frère du roi d'Angleterre. Mais ces batailles sont l'exception. Le plus souvent, des opérations sporadiques prennent pour cible les villes, les bourgs et les monastères protégés derrière leurs remparts. Angers est assiégée plusieurs fois, tandis qu'un impôt nouveau, la cloison, est même institué pour l'entretien des murailles. Certaines forteresses jouent alors un rôle stratégique décisif, notamment celles des marches qui séparent l'Anjou et la Bretagne, comme Pouancé.

Le retour de la paix

Le règne de Charles VII est celui de l'apaisement. En 1444, les trêves signées à Tours donnent le signal de la fin du conflit qu'on peut considérer comme achevé en 1460, même si dans  certains lieux, comme entre Loir et Sarthe, il faut attendre 1470 pour que les derniers occupants se retirent. Mais déjà les indices de la reprise économique, et avec elle de la résurgence démographique, sont en place. Avec ses atouts naturels, la province entame plus rapidement que d'autres son redressement, portée par la riche personnalité de son duc et les échanges naturels qu'il lui est facile de renouer avec les autres états du domaine angevin.

Actualités

Journées du patrimoine : Le Département ouvre sept propriétés !

Samedi 19 et dimanche 20 septembre, les angevins pourront profiter des Journées européennes du...


20.04.2011

Le millénaire de Baugé

En 2011, Baugé commémore ses 1000 ans d’existence. Un événement que la ville entend fêter de bien...


19.09.2012

Par ici la sortie

Cinéma, musique, théâtre, patrimoine… le Département de Maine-et-Loire et ses partenaires offrent...


© Département de Maine-et-Loire - Tous droits réservés