Les premiers temps chrétiens

De la province d'Anjou au département de Maine-et-Loire...une indéniable continuité, une riche histoire à découvrir.

Le christianisme, nouveau pouvoir

Tandis que s'effaçait la puissance romaine, une autre force s'affirmait comme un recours contre la désorganisation menaçante : le christianisme. Venu de Tours par la Loire, il s'introduit à Angers dans le courant du IVè siècle, alors qu'est déjà acquise la reconnaissance du culte, de sorte qu'il n'y eut pas de martyrs angevins. Le premier évêque d'Angers, contemporain de Saint-Martin de Tours (372), est connu sous le nom de Défensor, ce qui laisse à penser qu'il assuma les fonctions militaires de defensor civitatis. Un premier sanctuaire avec basilique, baptistère et cimetière fut sans doute installé hors les murs sur l'actuelle place du Ralliement, mais très vite l'église principale se protégea à l'intérieur de l'enceinte fortifiée, dont l'actuelle cathédrale est aujourd'hui l'héritière. La tradition rapporte que Martin lui-même la plaça sous le patronage de Saint-Maurice, en rapportant d'Agaune une fiole du sang du saint martyr.

La christianisation de l'Anjou

Pendant ce temps l'évangélisation progressait rapidement dans la province, en rayonnant à partir des rives de la Loire. A Chalonnes, saint Maurille, pourfendeur d'idoles païennes, acquit une telle renommée qu'il fut fait évêque (v. 425-453). Au Montglonne (actuel Saint-Florent-le-Vieil), en terres poitevines, saint Florent avait d'après la légende fondé dès la fin du IVè siècle une première communauté, plus probablement établie au début du VIè siècle, époque à laquelle la présence d'ermites est véritablement attestée dans les Mauges. A la même époque un disciple de saint Benoît, saint Maur, s'établit en amont du fleuve à Glanfeuil (actuel Saint-Maur-sur-Loire). A Angers plusieurs fondations importantes marquent le Vè siècle : outre un lieu de culte dédié à saint Martin à l'emplacement de l'actuelle collégiale qui en a gardé la dénomination, s'établit à peu de distance, auprès des remparts de la ville, sous l'impulsion du moine Aubin, qui deviendra évêque, une abbaye destinée à devenir l'une des plus puissantes de l'Anjou. Bientôt, au VIIè siècle, l'abbaye Saint-Serge établie en bord de Maine viendra compléter le réseau des fondations monastiques du haut Moyen-Age.

La victoire des Francs

La christianisation de l'Anjou s'effectua donc sans heurts, dans le respect de l'orthodoxie du culte introduit par les fondateurs. Dès 453 s'était tenu à Angers un premier concile rassemblant les représentants de la province ecclésiastique de Tours, dont l'existence est attestée définitivement dès 465 dans le cadre romain de la IIIè Lyonnaise. Les paroisses se structurent peu à peu, les plus anciennes d'entre elles portant les vocables des saints ligériens, Martin, Maurille, Aubin. Et lorsqu'à la fin du Vè siècle les visées expansionnistes des Wisigoths ariens viennent jusqu'à menacer la sécurité de la France du nord, c'est sur la Loire que Clovis et les Francs Saliens choisissent de fixer le bastion de la résistance. La victoire de Clovis sur Syagrius en 486, puis sur les Wisigoths en 507, puis enfin le premier concile national des Gaules réuni en 511 à Orléans marquent le début de cette ère nouvelle, dans laquelle l'antiquité s'achève sans que pour autant s'installe la paix.

Actualités

Journées du patrimoine : Le Département ouvre sept propriétés !

Samedi 19 et dimanche 20 septembre, les angevins pourront profiter des Journées européennes du...


20.04.2011

Le millénaire de Baugé

En 2011, Baugé commémore ses 1000 ans d’existence. Un événement que la ville entend fêter de bien...


19.09.2012

Par ici la sortie

Cinéma, musique, théâtre, patrimoine… le Département de Maine-et-Loire et ses partenaires offrent...


© Département de Maine-et-Loire - Tous droits réservés